Accompagnement social

Notre intervention sociale a pour mission d'aider et d'accompagner des personnes prostituées ou en danger de prostitution, en vue de leur réinsertion sociale.

Notre intervention sociale repose sur deux choses primordiales : l'écoute et l'accompagnement administratif.

Pièces en yen
mains tenant
Écriture sur un document

Accueil physique &
téléphonique

  • Nous assurons un accueil physique 5 jours par semaine ;

  • ainsi qu'une permanence téléphonique en continu pour recueillir les appels au secours des victimes.

Nous sommes aussi présents que possible pour recevoir et réagir vite aux appels au secours des victimes. 

  • Nous assurons aussi évidemment une aide financière qui vient soutenir le processus de sortie de la prostitution.

Soutien psychologique

  • Nous leur permettons également d'avoir un soutien psychologique, grâce à l'action de nos psychologues bénévoles. 

Les victimes de ces violences sont confrontées à des difficultés sociales et des mal-êtres psychologiques; il est essentiel pour nous de mobiliser l'attention et l'écoute qu'il convient de leur accorder.

Une aide sur-mesure

  • Les besoins sont bien entendu différents pour chaque victime.

Nous devons, de ce fait, respecter leurs demandes, leurs besoins, ainsi que les capacités pour mettre en œuvre un suivi personnalisé et effectif.

Aide financière

Suivi psychologique

Nous nous appuyons sur plusieurs structures afin de permettre aux personnes que nous suivons de bénéficier d’une prise en charge psychologique si elles le souhaitent.

 

Atteindre la réinsertion sociale est un travail de longue haleine qui s’étale, en moyenne, sur deux ou trois ans. Notre action sociale repose sur deux piliers : l’écoute et la confiance afin de mettre en œuvre un accompagnement administratif efficace qui réponde aux besoins des victimes.

 

Chaque victime a une histoire, et des besoins différents. Nous travaillons avec elles pour identifier leurs besoins prioritaires et établir un plan d’action personnalisé vers leur réinsertion. Nos efforts sont actuellement ralentis par la pandémie. Cependant, et en dépit des défis sanitaires nous mettons tout en œuvre pour assurer aux victimes un suivi personnalisé de leurs situations respectives.

Parcours migratoire

Nous insistons sur le fait qu’il faut prendre en compte la double spécificité de ces femmes qui cumulent les problématiques liées à leur parcours migratoire et celles liées à la traite humaine. Leur vécu est parfois extrêmement lourd (syndrome de stress post-traumatique liés au parcours de migration, déracinement, pertes humaines, violences physiques, sexuelles et psychologiques, avortement, prostitution forcée, etc…), ce qui les rend fragiles.

Cela ne se cantonne pas uniquement aux femmes issues des réseaux nigérians, mais de manière générale à toutes les “migrantes prostituées”.

 

Le pôle social doit ainsi mettre l’accent, d'une part, sur l’accès au droit en matière de santé et, d'autre part, le renforcement du suivi psychologique.

 

Notre but étant de les accompagner dans leur parcours de sortie de la prostitution, nous ne pouvons pas laisser cette situation s’empirer. Ainsi, un projet de mise à l’abri pour les victimes de proxénétisme a été soumis à la Mairie de Paris afin que nous puissions mettre à disposition des appartements à ces femmes pour qu’elles puissent, dans un premier temps, être en sécurité puis, dans un second temps, qu'elles obtiennent un un pied à terre temporaire le temps de trouver un logement stable et de se ressourcer.

SITE EN CONSTRUCTION